Concerts à venir, salles diverses - tableau récapitulatif

Re: Concerts à venir, salles diverses - tableau récapitulatif

Nouveau messagede orfeo_monteverdi le Lun 20 Mar 2023 15:20

[retour au Tableau]


Une clé d'écoute pour l'une des œuvres au programme de l'exceptionnel concert de ce soir: le quatuor N°6 de Bartok.

Image

Notice de feu Harry Halbreich, grand musicologue belge, à l'intégrale enregistrée par le quatuor Vegh.

©Auvidis/Valois, V4809
Enregistré à La Chaux de Fonds, Suisse, 1972, par Georges Kisselhoff.

"QUATUOR No 6 (1939), Szöllösy 114 - Composé à Saanen (Suisse), puis à Budapest, d'août à novembre 1939. Dédié au Quatuor Kolisch, qui en assura la création à New York le 20 janvier 1941. Ce Quatuor est la dernière œuvre que Bartók ait écrite en Europe, et la dernière œuvre originale qu'il ait menée à bien avant la composition du Concerto pour orchestre, quatre ans plus tard. Il l'entreprit aussitôt après l'achèvement du Divertimento. Un double choc extrêmement douloureux, l'un général : l'éclatement de la Deuxième Guerre mondiale, l'autre personnel : la mort de sa mère, vint en perturber la composition, qui ne fut achevée qu'en novembre, à Budapest. Au printemps suivant, Bartók prenait le chemin de l'exil américain. En novembre-décembre 1940, il soumit encore le Quatuor à quelques révisions avant de le confier au Quatuor Kolisch pour la première audition.

On peut dire que Bartók ne se remit jamais des deux terribles épreuves qui l'accablèrent à l'automne de 1939. Le sixième Quatuor, œuvre éminemment subjective et même autobiographique, dans le caractère d'un épilogue profondément mélancolique et désabusé, nécessite pour être bien compris la connaissance des circonstances qui le virent naître, ce qui n'est le cas pour aucun des précédents. En possède-t-il l'équilibre et la concentration ? Ce n'est pas certain, mais son expression directe en fait l'un des ouvrages les plus émouvants et les plus accessibles de la maturité bartókienne.

Le retour à la tonalité classique est plus affirmé encore que dans le cinquième Quatuor. Les deux premiers mouvements, le second surtout, révèlent la nette et directe influence des derniers Quatuors de Beethoven. Pour la première et seule fois, Bartók écrit un quatuor en quatre mouve- ments, mais leur succession ne correspond pas à l'ordre classique. L'unité architecturale et organique de l'ouvrage repose cette fois-ci sur la présence d'un thème devise, ou motto. Chaque mouvement commence en effet par le même leitmotiv, lente, ample et belle mélodie doucement berceuse, dont l'indication Mesto (triste) définit bien le sentiment. Dans chacun des trois premiers morceaux, il sert d'introduction à chaque fois plus insistant, tant par la longueur que par la complexité polyphonique et par l'accroissement d'intensité expressive qui en découle. Le finale le présente dans toute son ampleur, à quatre voix, et le leitmotiv en constitue non plus le frontispice mais la matière même.

Le sixième Quatuor est désespéré... La joie apparaît comme un idéal de beauté calme de plus en plus inaccessible (les thèmes folklorisants), ou comme une grimace ricanante et distordue, d'une malignité convulsive, dans le piétinement de la démoniaque Burletta.

Au début de l'ouvrage, le leitmotiv est exposé par l'alto à découvert. Il précède un Vivace qui débute par dix mesures pesantes et chercheuses, rappelant l'exorde de la Grande fugue de Beethoven. Ce Vivace, qui frappe par les constantes fluctuations de son tempo et par sa métrique très fluide, se termine, lento et pianissimo, dans un ré majeur sans équivoque. Désormais, l'atmosphère va s'assombrir.

La deuxième apparition du leitmotiv introduit une Marcia, d'une expression virile et amère, dont les rythmes pointés énergiques, issus des Verbunkos, se désarticulent rapidement, deviennent boiteux et dégingandés. Contraste total avec le trio de ce morceau de forme ternaire : une improvisation très passionnée, purement hongroise, chantée ou plutôt déclamée en rubato-parlando par le violoncelle dans son registre aigu, le plus tendu, l'usage constant du glissando portant cette tension au paroxysme. Les violons l'accompagnent avec des tremolos en batteries croisées, tandis que l'alto joue des accords pizzicato à la manière d'une guitare. Un passage quasi-cadenza, âprement polytonal, conduit à la reprise, profondément modifiée, de la Marcia.

Avec la Burletta (Moderato), scherzo grotesque où les fameux effets sonores inventés par Bartók servent à évoquer le monde grimaçant de l'anti-musique, l'amertume devient insoutenable. On a dit que dans ces pages corrosives, d'un sentiment menaçant, négatif, destructeur, Bartók avait voulu stigmatiser certain culte de la "note à côté", voire même le style de Strawinsky. Nous y voyons plutôt un homme au seuil de la vieillesse, perplexe et scep- tique devant la dégradation accélérée d'un art de plus en plus "alimentaire". Mais il faut situer cette Burletta dans la perspective du proche exil américain, qu'elle semble prévoir. Son thème semble parodier un certain jazz com- mercial, descendance abâtardie de Gershwin... L'effet de cauchemar se trouve accentué par l'emploi de quarts de ton, provoquant délibérément des fausses notes, mais surtout par le saisissant contraste qu'apporte le merveilleux interlude pastoral servant de trio (Andantino). On croit y voir Bartók évoquant le paradis perdu de la paisible campagne natale du fond de l'enfer new-yorkais ! Brutalement interrompu par le retour modifié de l'agressive Burletta, il tentera vainement de s'affirmer une fois encore dans la coda. Mais, sauvagement piétiné, il laissera les contorsions grimaçantes de la ville maîtresse du terrain.

Dès lors, il ne reste plus de place que pour le terrible désespoir du Mesto conclusif, 86 mesures de lente et douloureuse agonie. Il est poignant de voir ainsi cette âme si forte et si fière brisée, blessée à mort. La polyphonie harmonieuse du début, où le leitmotiv s'affirme enfin, libre de toute entrave, atteint à une pureté classique unique dans la musique contemporaine. Elle se poursuit, senza colore, dans une atmosphère spectrale et blême. Puis, de brumeuses évocations d'un passé heureux nous ramènent (dolce, lontano) les deux thèmes principaux du premier mouvement, doucement alanguis en un songe d'une infinie tendresse. Mais la vision s'efface, et il ne reste plus qu'une solitude obscure et glacée. Les pizzicati du violoncelle esquissent les premières notes du leitmotiv, qui demeurent suspendues, inachevées..."

Harry HALBREICH
Tableau des concerts classique, outil inédit en Belgique. La musique non-amplifiée: la seule qui donne à entendre la "vraie couleur" des instruments et des voix.
Avatar de l’utilisateur
orfeo_monteverdi
Membre amateur
 
Messages: 594
Inscription: Lun 2 Déc 2013 14:50

Re: Concerts à venir, salles diverses - tableau récapitulatif

Nouveau messagede vanel le Mar 21 Mar 2023 08:28

Bonjour,

Dommage, pas de Bartok hier soir. Mais je ne connaissais pas Richard Dubugnon et ce fut une belle découverte.
D'ailleurs, tout était une belle découverte car effectivement le Grand Manège est une très belle salle salle avec une excellente acoustique. La prestation du quatuor était exemplaire, bien que celui-ci était amputé de son violoncelliste remplacé pour l'occasion par Daniel Mitinisky.

Merci Orfeo pour ce travail que tu nous présentes, richement documenté. C'est déjà la deuxième fois que je découvre de nouvelles choses grâce à toi et cela c'est précieux.

Bonne journée
vanel
Membre débutant
 
Messages: 161
Inscription: Ven 16 Avr 2010 22:15

Re: Concerts à venir, salles diverses - tableau récapitulatif

Nouveau messagede orfeo_monteverdi le Mar 21 Mar 2023 11:46

[retour au Tableau]

Merci, Vanel, n'hésitez pas à faire connaître ce tableau à vos proches (lien simplifié et QR-code en page 1).

En effet, profond changement de programme inopiné, hier, pour le quatuor Ébène :
Bach/Mozart et Bartok remplacés par:
    Dubugnon, Suite séculaire
    Ravel, quatuor en fa majeur
    Schumann, quatuor N°3.

Je ne connaissais que celui de Ravel, dont l'interprétation était, je trouve, tout à la fois d'une incarnation et d'une incandescence rares.

La salle, modulaire, peut offrir un temps de réverbération allant de 1,5 sec a 3 sec, selon sa configuration. Hier p.ex, pour le quatuor Ébène, c'était 1,5 sec, me disait Manuel Mohino, le régisseur. Pour la musique chorale par contre, c'est audiblement plus long.

La salle s'est aussi dotée, pour les futurs concerts amplifiés (jazz?), d'un système de sonorisation high-tech corrigé par DSP, qui respecte l'acoustique naturelle de la salle. Le seul système qui ait convaincu Manuel Mohino, le régisseur, et les techniciens et musiciens.
(il y a pas mal d'infos dans leur mag de ce mois, je posterai un lien)
Tableau des concerts classique, outil inédit en Belgique. La musique non-amplifiée: la seule qui donne à entendre la "vraie couleur" des instruments et des voix.
Avatar de l’utilisateur
orfeo_monteverdi
Membre amateur
 
Messages: 594
Inscription: Lun 2 Déc 2013 14:50

Re: Concerts à venir, salles diverses - tableau récapitulatif

Nouveau messagede zantafio le Ven 24 Mar 2023 12:45

Manuel Mohino est le régisseur de la salle ?
Avatar de l’utilisateur
zantafio
Membre expérimenté
 
Messages: 1651
Inscription: Lun 18 Avr 2011 13:51

Re: Concerts à venir, salles diverses - tableau récapitulatif

Nouveau messagede orfeo_monteverdi le Sam 25 Mar 2023 11:01

zantafio a écrit:Manuel Mohino est le régisseur de la salle ?

Oui. Et même plus, en fait: c'est lui qui a exhaussé les exigences acoustiques du cahier de charge initial lors de la conception de la salle. Outre un maître de la prise de son, il enseigne aussi l'acoustique architecturale. Et c'est le bureau belge Kahle Acoustics (KA) qui a réalisé l'acoustique remarquable du Namur Concert Hall, et atteint les objectifs exigeants imposés; KA qui ont été appelés comme consultants sur la Philharmonie de Paris (où, mutatis mutandis, KA a joué, vis-à-vis du maître de l'ouvrage de la nouvelle salle de la Philharmonie de Paris, le même rôle que M. Mohino à Namur).

J'ignorais que le rôle de Manuel Mohino avait été important dès la conception; je vais corriger ça dans le post de présentation de la salle.

Le dernier Mag du Namur Concert Hall est passionnant, à feuilleter ici.
Interview de Manuel Mohino, en page 40.
NB: sur le viewer Calameo, je vois qu'on peut faire d'assez géniales recherches à l'aide de l'outil loupe dans la barre d'outils (PAS par Ctrl+F !), avec résultats illustrés!


"Fire and Flair in this best ever Solomon" (BBC Music Magazine)
Performance: *****
Recording: ******

Son enregistrement du Solomon, de Händel, interprété par L.G Alarcon et le Choeur de chambre de Namur est paru chez Outhere Music.
Image
https://outhere-music.com/fr/albums/handel-solomon

"surpasse[...] la référence ancienne de Gardiner" (Serge Martin, Le Soir)

Enregistré en public l'été 2022 dans l'excellente acoustique du Namur Concert Hall, au Grand-Manège.
J'y étais! (Zantafio aussi). Ca donne envie d'acheter le disque.

Pssssst: achetez (encore) des disques:
- le label fournit de facto un backup gravé sur CD (qu'on peut lire directement ou dématérialiser si nécessaire, lorsque l'oeuvre, car trop peu écoutée, aura disparu des services de streaming qui devront rationaliser, vu qu'aucun n'est rentable - des utilisateurs voient déjà des disques disparaître de leur playlists)
- une notice est fournie sur le support le plus confortable à lire: le papier. Et qui se trouve toujours là où elle doit être: sous la main.
- ça soutient (un peu mieux) les artistes. Un groupe de rock indé témoignait: "on a 5000 streams; on a touché €0.15..."
Dernière édition par orfeo_monteverdi le Jeu 13 Avr 2023 00:39, édité 1 fois.
Tableau des concerts classique, outil inédit en Belgique. La musique non-amplifiée: la seule qui donne à entendre la "vraie couleur" des instruments et des voix.
Avatar de l’utilisateur
orfeo_monteverdi
Membre amateur
 
Messages: 594
Inscription: Lun 2 Déc 2013 14:50

Alexandre Kantorow, au Namur Concert Hall, 29/4/23

Nouveau messagede orfeo_monteverdi le Jeu 30 Mar 2023 23:07

[retour au Tableau]


Prochain concert à ne pas manquer
Encore dans l'exceptionnelle nouvelle salle Namur Concert Hall, décidément...
Samedi 29 avril à 19h00

Alexandre Kantorow, piano !!
Orchestre National de Belgique
Dima Slobodeniouk, direction (chef finlandais d'origine russe, à la gestique singulièrement précise; je l'ai entendu diriger l'Antwerp Symphony Orchestra dans la belle salle d'Anvers).

Alexandre Kantorow, "Le Nouvel astre du piano", selon Diapason.
Image



Image

PROGRAMME
Sofia Gubaidulina Fairytale Poem
Pyotr Ilyich Tchaikovsky Piano Concerto N°2 en sol majeur Op. 44
Sergei Prokofiev Symphonie N°6 en mi bémol mineur, Op. 111

EN PRATIQUE
- Samedi 29 avril à 19h00 => retour en train possible cette fois (dernier train pour Bxl à 22:20, gare à 8 min à pieds => aucun problème).
- places: préférez le parterre à la corbeille (càd la galerie latérale; à ne pas confondre avec le balcon, frontal): le parterre est 3 fois plus cher que la corbeille, mais 5 fois meilleur.
- €22 balles dans le parterre, les meilleures places... On croit rêver!
    35 ans et moins -> 18,00 € dans le parterre !
    26 ans et moins -> 13,00 € dans le parterre !
- page officielle, Grand Manège (Namur concert Hall)
- tableau des concerts: concert#115 (avec playlist)
- faites une journée à Namur, c'est un samedi !
    Profitez-en pour (re)visiter Namur.
    Pour (très bien) manger à midi: très bon resto en haut de la Citadelle (Le Panorama, chef Matagne, étoilé - pas se fier aux avis plus anciens: l'établissement a été repris), accès par le nouveau téléphérique, vue à couper le souffle. Très qualitatif, mais n'ai essayé qu'un goûter.
    Pour manger (rapidement) le soir, à 5 min à pieds de la salle: La Veuve Bila, petites assiettes variées, très bon. Cuisine ouverte dès 18h (concert à 19h, mais service rapide). Réserver.
Tout savoir sur la salle et les nouvelles infrastructures de la ville (qui m'ont étonné), ici.

VOTRE TRAJET
- en voiture: votre trajet Google Maps
- en train: https://www.belgiantrain.be/fr - dernier train pour Bxl à 22:20, gare à 8 min à pieds

Image

Image
© Ph. Piraux
Dernière édition par orfeo_monteverdi le Lun 1 Mai 2023 08:46, édité 3 fois.
Tableau des concerts classique, outil inédit en Belgique. La musique non-amplifiée: la seule qui donne à entendre la "vraie couleur" des instruments et des voix.
Avatar de l’utilisateur
orfeo_monteverdi
Membre amateur
 
Messages: 594
Inscription: Lun 2 Déc 2013 14:50

Re: Concerts à venir, salles diverses - tableau récapitulatif

Nouveau messagede orfeo_monteverdi le Jeu 6 Avr 2023 23:42

[retour au Tableau]

Pour ceux qui vont écouter L'Orfeo, de Monteverdi, vendredi prochain 14 avril (ou qui n'y vont pas, mais aiment cette oeuvre, l'un des premiers opéras de l'histoire de la musique; et mon préféré - je suis sûr que vous ne vous en étiez pas doutés):

Denis Morrier, musicologue, propose une clé d'écoute et une analyse particulièrement pénétrantes et éclairantes, dans sa notice en exergue au livret (publié chez Harmonia Mundi, interprétation René Jacobs, 1995 - la réédition de 2010 n'offre pas cette notice). L'image n'est guère très lisible, mais je vous ai fait un scan de la notice, lien plus bas; je le supprimerai après le concert du 14/4.

Denis Morrier y révèle en effet la double structure en arche de l'oeuvre.
(structure en arche = A B C B A, donc une symétrie).
    NB: ne vous précipitez pas sur le Dafalgan: ça a l'air "prise de tête" et pourrait faire croire que l'oeuvre est "intellectuelle"; c'est tout le contraire: la musique ET le texte y sont d'une beauté et d'un sensualité (un peu hiératique) absolument envoûtantes!

Double structure en arche, en effet:
1. d'une part, une structure en arche se déployant sur les 5 actes de l'Orfeo (à droite), qu'annonce d'ailleurs le prologue (à gauche):
Image
Denis Morrier, ©Harmonia Mundi

2. d'autre part, une structure en arche nichée au sein même de l'acte central (le 3ème acte, qui est le pivot central de l'oeuvre et de sa structure type A B C B A):
Image
Denis Morrier, ©Harmonia Mundi

Pour une lecture plus confortable: notice.
(attention, je retirerai ce lien après la représentation, le 14 avril)


Par ailleurs, Denis Morrier est aussi l'auteur d'un ouvrage érudit mais remarquablment accessible sur Monteverdi, aux editions Bleu Nuit:
Image
Site officiel



Par ailleurs, petite question en aparté sur le streaming et les notices, placée dans un autre thread (c'est là-bas qu'il faut y répondre, le cas échéant). Merci
Tableau des concerts classique, outil inédit en Belgique. La musique non-amplifiée: la seule qui donne à entendre la "vraie couleur" des instruments et des voix.
Avatar de l’utilisateur
orfeo_monteverdi
Membre amateur
 
Messages: 594
Inscription: Lun 2 Déc 2013 14:50

Re: Concerts à venir, salles diverses - tableau récapitulatif

Nouveau messagede orfeo_monteverdi le Lun 10 Avr 2023 21:56

[retour au Tableau]

Le pianiste français Alexandre Kantorow, "Nouvel astre du piano", selon Diapason.
En concert au Namur Concert Hall le samedi 29/4/23, à 19h00
(il reste des places - toutes les infos)

À 25 ans, il remporte le concours Tchaikovsky à Moscou, en 2019.
Un extrait de l'interview (par Camille De Rijck), qui lève un coin du voile sur ce qu'il sera possible d'entendre lors de son concert:
Image
©Diapason

    - A. Kantorow: "Je passe un temps invraissemblable à écouter Wagner, à réfléchir au timbre. Aller chercher sur le clavier quelque chose qui puisse s'approcher de la coloration d'une voix.
    - comment colore-ton au clavier?
    - A.K.: sur le plan technique, c'est un mélange entre une attaque particulière et un contrôle de l'extinction de note. [...] quel poids mettre dans le bras? La force naît-elle dans le haut du dos ou dans le poignet?"


Sur la musique, le temps et les émotions: "[...] ces petites minutes qui nous semblent parfois si futiles et qui, lorsqu'elles infusent en nous, créent parfois des boulversements majeurs."

En effet, et un des secrets je crois, pour sortir du concert avec le sentiment d'avoir été "nourri" par quelque chose de plus grand que soi, amplifier nos émotions et la vie: prendre auparavant un peu de temps pour soi et écouter le programme à l'avance. S'en imprégner afin que quelque chose nous habite déjà, préalablement, et que le concert pourra faire entrer en résonance. Transports de l'âme garantis.
(à l'inverse, "débarquer ingénument" au concert sans jamais en avoir écouté le programme, et le découvrir pour la première fois le soir même, ne garantit pas l'émotion la plus intense, l'expérience la plus inoubliable. On peut éventuellement être séduit à première écoute quand même, il ne "faut" pas préparer à l'avance, mais si on a l'occasion de le faire, ça intensifie l'expérience de façon incroyable)
Tableau des concerts classique, outil inédit en Belgique. La musique non-amplifiée: la seule qui donne à entendre la "vraie couleur" des instruments et des voix.
Avatar de l’utilisateur
orfeo_monteverdi
Membre amateur
 
Messages: 594
Inscription: Lun 2 Déc 2013 14:50

Nouvelle production de la tétralogie de Wagner, La Monnaie

Nouveau messagede orfeo_monteverdi le Mer 12 Avr 2023 23:19

[retour au Tableau]

Alexandre Kantorow, dans son interview à Diapason (extrait ci-dessus) disait "passe[r] un temps invraissemblable à écouter Wagner, à réfléchir au timbre."

En parlant de Wagner:
"Entre octobre 2023 et février 2025, la Monnaie présentera une nouvelle production de la tétralogie de Wagner, dirigée par notre directeur musical Alain Altinoglu et mise en scène par Romeo Castellucci. [] La dernière fois que cette œuvre grandiose a été mise en scène à Bruxelles, c’était dans les années 1980", il y a 30 ans déjà (La Monnaie lance une nouvelle production de « Der Ring des Nibelungen »).

Ouverture des ventes de billets pour Das Rheingold (l'Or du Rhin): 19-9-2023.
Image


Un cycle qu'on n'a guère l'occasion d'écouter plus d'une ou deux fois dans sa vie (sauf à voyager pour motif de mélomanie aggravée).
Dernière édition par orfeo_monteverdi le Dim 16 Juil 2023 22:37, édité 1 fois.
Tableau des concerts classique, outil inédit en Belgique. La musique non-amplifiée: la seule qui donne à entendre la "vraie couleur" des instruments et des voix.
Avatar de l’utilisateur
orfeo_monteverdi
Membre amateur
 
Messages: 594
Inscription: Lun 2 Déc 2013 14:50

Bach, Messe en si mineur - Gardiner, Bozar 15/4/23

Nouveau messagede orfeo_monteverdi le Mer 12 Avr 2023 23:55

Pour ceux qui aiment l'oeuvre (j'avoue ne pas en faire partie), il reste environ 25 places, se dépêcher.

John Eliot Gardiner Gardiner et le Monteverdi Choir, c'est exceptionnel.

Image
© Chris Christodoulou

Détails: concert #107 (Tableau des concerts)
Page officielle: Bozar

Après une Passion selon St Matthieu, au Bozar en 2016, j'étais à nouveau allé les écouter, en 2017 lors de l'année Monteverdi, pour 2 opéras de Monteverdi en concert, à la Philharmonie de Berlin cette fois (salle exceptionnelle...pour le symphonique).
Je pensais, et craignais, que l'année Monteverdi (2017) ne fût sa dernière; je ne voulais pas rater ça. Mais il semble que Gardiner continue de bêcher (il fête ses 80 ans cette année).
Tableau des concerts classique, outil inédit en Belgique. La musique non-amplifiée: la seule qui donne à entendre la "vraie couleur" des instruments et des voix.
Avatar de l’utilisateur
orfeo_monteverdi
Membre amateur
 
Messages: 594
Inscription: Lun 2 Déc 2013 14:50

PrécédenteSuivante

Retourner vers Concerts

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités